Identité visuelle et flagship : Une approche à la coréenne

Contrairement à chez nous, les Coréens ne lésinent pas sur les moyens quand il s’agit de marketing visuel. Et cela va du packaging jusqu’au magasin en lui-même. Alors oui “chez nous”, cela se fait aussi : Yve Rocher avec ses tons claires et ses touches de vert pour le côté “naturel”,  Lush qui joue sur le côté “artisanal” avec ses étagères en bois brut, ou encore  Sephora, qui opte pour une combinaison de noir et de blanc rappelant les codes du luxes. Mais les enseignes coréennes comme Etude House, Innisfree, Stylenanda, Chuu (entre autres) ont mis la barre très haut : On reconnaît l’identité d’une marque dès que l’on est devant la façade des magasins.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’exemple le plus parlant serait les magasins physiques d’Etude House. Ils ont tous une façade similaire : Bâtiment blanc aux allures de maison de poupées, faux toit tuilé rose. Le décor à l’intérieur est aussi dans cette thématique du mignon rose. Tout est fait pour sentir que l’on est rentré dans un monde rappelant celui des magical girls, les packaging sont extrêmement mignon et le rose est omniprésent.

Etude House

Innisfree se la joue plus “nature” comme Yves Rocher. Beaucoup de bois clair, meubles blancs, lumière tamisée et quelques touches de vert surtout présentes sur les produits et parfois sur un pan de mur recouvert de fausses végétations.

Innisfree
Les packaging de Innisfree, bien qu’ils soient sobres, donnent l’impression d’être plus « travaillés » que ce que l’on peut retrouver chez par exemple Yves Rocher. Leurs produits ont une certaine unité, et sont mis en scène avec un arrière plan esthétique et « zen ». Si il y a des motifs ou images qui doivent s’illustrer, ils sont toujours minimalistes, dans un même camaïeu de couleurs et donnent une impression de qualité, là où Yves Rocher a parfois l’image de packaging “cheap”, alors que tous deux ont la même gamme de prix.

Innisfree
Produits Innisfree
Yves rocher
Produits Yves Rocher

Nous arrivons à un tout autre niveau avec les magasins “flagship”.


Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’un magasin “flagship” ?

C’est un magasin dit “principal” de la marque, où celle-ci transparaît le mieux au travers de concepts bien rôdés.

Pour exemple, le magasin flagship de Stylenanda et 3CE à Myeongdong, où l’on peut retrouver leur magasin sous forme d’un hôtel. Chaque étage est dédié à un service ou une pièce que l’on peut retrouver dans ce genre d’établissement et est décoré comme tel avec parfois une catégorie de vêtement spécifique correspondant à l’étage.

LOBBY flagship
Le premier étage fait référence au hall d’accueil et dispose en son centre et à l’arrière de produits de beautés 3CE (La marque maquillage de Stylenanda). Vous pouvez même acheter de fausses clés de chambres d’hôtel. Ici pas de vêtements, juste un avant-goût des cosmétiques.

SPA flagship
Le deuxième étage dispose d’un balcon donnant sur le rez-de-chaussée. Il est modelé à l’image d’un “Spa” (enfin, c’est ce qui est écrit sur le plan des étages) avec sa baignoire au fond de la salle, et des lavabos en marbre blancs avec leurs miroirs dorés au centre rappelant une salle de maquillage de luxe.  Cette pièce contient des produits de beauté 3CE en plus larges quantités que l’étage précédent.

Rooms flagship
Le troisième étage étant les chambres, vous retrouverez des habits sur cintres le long des murs. Des chaussures sont disposés sur une étagère au fond de la salle, juste à côté d’un fauteuil vert émeraude où vous pouvez vous asseoir pour les essayer.

Laundry flagship
Le quatrième est la blanchisserie. Ici, des tambours de machine à laver sont remplis d’habits et tournent. Les chapeaux et accessoires sont abondants dans cette section.

POOL FLAGSHIP copie
Le dernier étage est à l’image d’un penthouse de luxe. Des chaises et tables sont disposées dans le décor d’une piscine. Ici la catégorie de vêtement exposés sont des maillots de bains principalement, avec les accessoires qui vont avec : Chapeaux, lunettes de soleils, sandales. Au fond vous pourrez déguster certaines spécialités tendances du moment (le truc pour vous la péter sur Instagram). 
Le toit dispose d’une large terrasse. Entourée de plantes vertes, celle-ci est remplie de grands coussins/poufs pour pouvoir s’allonger et se relaxer d’avoir traversé les 5 étages de cet hôtel/magasin.

Ce flagship est un exemple parfait qui illustre l’approche culturelle coréenne pour ce genre de consommation, face à la Belgique/France.
Les consommateurs coréens portent souvent beaucoup plus attention à l’établissement qui contiendra leurs produits. Des cadres à thématiques divers, temporaires (comme c’est le cas avec le Flagship Pink Hotel de Myeongdong) sont utilisées à la promotion de leur produits, ou permanent, comme la façade des Etude House.

Il faut aussi noter que chez nous, nous misons beaucoup sur le minimalisme qui est très en vogue. Et quand on vous dit minimalisme, on parle de cela littéralement; du blanc, du noir, un peu de métallique, des meubles carrés et propres.
En Corée du Sud, il y a beaucoup plus de genres qui sont simultanément à la mode, sans forcément tomber dans le mauvais goût. Le minimalisme à la scandinave peut rencontrer le mignon/rose, et côtoyer tout aussi un autre genre plus urbain/street : des styles que l’on ne trouve que très rarement en Belgique et en France pour l’identité visuelle d’un magasin; peut-être une ou deux boutiques indépendantes, mais pas à une aussi grande échelle qu’en Corée du Sud. Et c’est bien dommage, car cela est toujours sympa d’avoir un énorme faux hôtel rose en pleine Rue Neuve à Bruxelles …

Ecrit par : Lena

ADER ERROR: Aesthetic urbain et Flagship à Hongdae

Durant notre voyage en Corée, Lena et moi avons pu découvrir (ou redécouvrir) plusieurs marques premium qui font parties de nos préférées et sont aussi très représentatives de l’évolution stylistique au pays du matin calme. Aujourd’hui, je vous parle d’ADER Error et de son Flagship store dans le quartier artistique qu’on ne vous présentera plus; Hongdae. 

639653_wookmark

La marque ADER Error a été créée en 2014 par un collectif d’artistes dont l’identité est toujours inconnue à ce jour. Cette équipe se compose de créatifs d’univers différents : stylistes, décorateurs d’intérieurs, graphistes… Leur but est d’exprimer leurs univers au travers de divers supports et notamment le vêtement.

C’est grâce à ces campagnes visuelles sur les réseaux sociaux que la marque a su se faire connaître au-delà des frontières coréennes. C’est justement de cette manière que j’ai découvert leurs travaux.

Le nom de la marque associe deux idéologies: “ADER” qui se compose du mot “art” + “drawing” + “er” et “Error” signifiant que personne n’est parfait. Les designers ont pour volonté de créer une marque basique urbaine, donc l’aspect “cool” est durable dans le temps. Leur dernière collection “SIGNIFIANT TAG 1.0” est d’ailleurs dans cet esprit basique sans saison associée.

Depuis sa création, la marque produit au minimum 2 fois par an des collections de streetwear qu’elle qualifie d’unisexe, dont l’idée est de simplifier au maximum le style urbain et de revisiter les codes classiques de la mode des années 90 et 80.

ADERERROR_3

Comme dit plus haut, un autre aspect important d’ADER Error est son positionnement “content-driven”* (*littéralement, orienté contenu). Grâce à ses comptes Instagram, la marque s’est créée une communauté de plus de 450k followers coréens et internationaux. Leurs visuels mettent généralement en avant des mannequins de sexe féminin au look androgyne portant leurs collections.

tumblr_osxlafYVv01tbcqj3o1_500
Costume 2 pièces pour le rappeur Zico  dans le clip de Millic- Paradise ft Faxy Child

Ajoutez à tout cela une bonne touche d’humour et de dérision et vous obtenez une formule fulgurante qui fait d’ADER Error une marque importante sur la scène mode coréenne.

Pour leur nouvel espace à Hongdae, la marque nous fait découvrir son univers à travers plusieurs ambiances: un showroom, une galerie, des installations ainsi que la boutique qui reflètent tous l’univers d’ADER Error.

c50122f8fd898464bca9aa9cf62c9cfd
Un des espaces du Flagship Store à Hongdae

Le Flagship Store d’ADER Error à Hongdae a été inauguré en hiver 2016 et ses installations sont sans cesse renouvelées.

C’est un peu par hasard que nous sommes tombées dessus. C’était en pleine nuit donc difficile de voir quoi que ce soit, mais on a quand même voulu partager avec vous cet endroit.

fe811b73409ee065010714b681835c4d
Hongdae de nuit et la boutique Ader Error qui scintille. On aurait pu difficilement passer à côté

Dans cette vidéo, vous pourrez voir tout les espaces du Flagship ainsi que la gamme de produits vendus. Le sous-sol comprend la collection lifestyle (à ce jour: Day after Day), le rez-de-chaussée est réservé pour les collaborations artistiques du monde entier. Au premier étage, on y trouve trois types de cabines d’essayages à thèmes : « Toilette », « Hôtel » et « Upside down ». Au même étage se trouve les nouvelles collections et la collection permanente, signature de l’identité de la marque.

Qu’avez-vous pensez de cet article ? N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions. Ca nous permet aussi de savoir quel genre de contenu vous intéresse le plus afin de partager avec vous du contenu plus adapté.

A bientôt !

Ecrit par : Hanie
Crédit photo :

https://www.instagram.com/ader_error/
adererror.com

La contrefaçon en Corée : Omniprésente et acceptée

Lors de notre séjour en Corée, nous avons pu observer les différentes tendances arborées dans les rues. Les styles changent rapidement là-bas et comme les coréens sont assez intéressés à les suivre, il y a une demande, un besoin immédiat de satisfaire ceux-ci et de rester dans la hype.

Dans l’une de ses tendances, nous rencontrons un problème récurrent, et pourtant, pas perçu comme négatif pour la population locale : Le streetswear dit “hiphop”.

Contrefaçons de pulls Supreme et Comme des Garçons

Screen Shot 2017-09-12 at 22.00.02Il suffit de se balader un peu dehors pour se retrouver nez-à-nez avec des tonnes de sweatshirt et casquettes Supreme, des t-shirt Stüssy, des vestes Hood by Air ou encore Off-White. Aussi bien sur les étalages, que portés par les passants

L’offre pour combler le besoin de ces marques est tellement grande au niveau de la contrefaçon que :

  •  Cela est devenu normal de porter ce genre de pièces, de payer un prix quatre fois moins chers pour un copycat du même produit.
Fashion week automne/hiver 2017 à Séoul
Fashion week automne/hiver 2017 à Séoul
  • Les magasins distribuant ces marques officiellement ne sont plus motivés à s’implanter en Corée, tant la contrefaçon y est prédominante et les potentiels clients, dans une envie de consumérisme rapide et immédiat, ne sont pas les plus nombreux.
Fashion week automne/hiver 2017 à Séoul
Fashion week automne/hiver 2017 à Séoul
Fashion week automne/hiver 2017 à Séoul. Détournement volontaire de la marque “BOY”
Fashion week automne/hiver 2017 à Séoul. Détournement volontaire de la marque “BOY”

Pour pouvoir acheter “the real deal”, les vrais produits de la marque, il faut pouvoir jouer des coudes dans les boutiques multimarques, ou alors, à défaut de pouvoir le commander par internet, s’offrir un petit billet d’avion vers le Japon. Cela est bien dommage, car la demande, bien que minoritaire face à l’offre immense des contrefaçons, est bien réelle, comme le démontre l’évènement de Vetement “Original Fakes”* en Octobre 2016.

File d'attente pour l’ouverture de “Original Fakes” par VETEMENT, Octobre 2016
File d’attente pour l’ouverture de “Original Fakes” par VETEMENT, Octobre 2016

* « Original Fakes » : Evènement/popup store de la marque Vetement à Séoul en 2016. Vente d’une collection capsule reprenant les best-sellers revisités.


Ecrit par : Hanie and Léna
Crédits Photos :
Highsnobiety
http://www.highsnobiety.com/2017/08/24/counterfeit-culture-seoul/
I.D.Vice
https://i-d.vice.com/en_us/article/a3g5gz/vetements-takes-korea

 

Quand le Mukbang rencontre l’ASMR

Plus besoin de vous présenter le phénomène des mukbangs.
Ce genre de vidéo où une personne mange face à la caméra, tout en parlant de tout et de rien. Ce qui, au début, a vu le jour en Corée du Sud, s’étend maintenant sur toute la Youtubesphère.  Ces vidéos ont surtout du succès dans leur pays d’origine. C’est d’ailleurs en regardant les vidéos de KEEMI, une coréenne qui filme principalement un combo recette + mukbang, que je suis tombée sur ses vidéos ASMR. Cela faisait un bail que j »en avais plus entendu parler. (La première fois, je m’en rappelle c’était au printemps 2014 tout à fait par hasard)

Alors qu’est-ce que ces fameuses vidéos ASMR ?

ASMR : Autonomous sensory meridian response
Ou en français (Réponse automatique des méridiens sensoriels), désigne la sensation que l’on peut avoir sur certaine partie de notre corps en réponse à un stimulus visuel, auditif, olfactif ou cognitif. Ici, je vous parle des vidéos ASMR que l’on retrouve sur YouTube. Celles-ci, pour la plupart, ont pour but de nous relaxer.

Les fans de la Hallyu auront peut-être déjà visionné des vidéos ASMR par le biais de la chaîne M2 et ses vidéos d’ASMR LIVE invitant divers idoles à participer.

Est-ce que cela marche ?

Après en avoir entendu parler, j’ai décidé de tester par moi-même. Après recherches, je suis tombée sur une vidéo où l’on touchait et palpait différents objets et matériaux. Un pot en terre cuite où l’on faisait cliqueter ses ongles, du sable avec lequel on joue, … Je me suis endormie avant la fin (donc en moins de 15min). Je ne veux pas affirmer que les vidéos ASMR étaient la seule cause de mon sommeil, mais elles m’ont beaucoup aidé à me relaxer. N’hésitez pas à tester par vous-même et nous dire ce que vous en avez pensé.

Maintenant, mes préférées étant tout ce qui est relatif aux massages et les soins des cheveux :

Les vidéos de KEEMI valent aussi la peine, même si elles peuvent donner plus envie de manger quelque chose que de roupiller. KEEMI réussit tout de même à filmer d’une manière relaxante et qui donne faim. Le grésillement de l’huile, le son de mastication. C’est vraiment bizarre de l’écrire comme ça, mais voyez donc par vous même :

Et celle-ci, où vous pourrez visionner une version différente de ses vidéos habituelles.

Les vidéos ASMR ne se limitant pas qu’aux soins relaxants et à la cuisine, elles peuvent porter sur différents role-play. Et c’est en cherchant ce qu’il y avait dans le domaine ASMR coréen que je suis tombée sur cette perle. Je vous la présente donc pour conclure cet article, ENJOY !

Et l’ultime perle, de la même chaîne, car on peut toujours faire mieux :


Ecrit par : Lena

Sewing Boundaries (SWBD) – Interview exclusive

Ce samedi 16 septembre a eu lieu l’évènement “Folklorissimo” à Bruxelles. A l’honneur cette année : La Corée du Sud.
Sur la Grand Place se sont déroulées plusieurs activités : Démonstration de Taekwondo, Musique traditionnelle coréenne, Performance culinaire géante, … Mais aussi l’habillage de notre Manneken-Pis national, avec une tenue créée spécialement par le designer Ha Dong-ho. C’est à cette occasion que nous avons eu la chance d’interviewer celui-ci, avec l’aide du Centre culturel coréen de Bruxelles. (Vidéo en fin d’article)

Sa marque principale : Sewing Boundaries

Sewing Boundaries (SWBD), littéralement “coudre les limites”, est une marque crée en 2013 par Dong-ho Ha.
Celui-ci, diplômé de l’université de Daegu Keimyung College University, a étudié le stylisme et a, par la suite, participé à des événement en tant que designer pour plusieurs marques avant de créer la sienne.
De plus, il a aussi participé en tant que directeur artistique et créateur pour différents artistes kpop tel que BTS pour leur 2ème mini-album “SKOOL LUV AFFAIR”

bts1-e1391599915768

Et 2EYES pour leur 3ème single album « pippi »
2eyes

Beaucoup d’autres célébrités ont été vu portant des vêtements de la marque SWBD, tel que Hyuna, Eric Nam, Lee Dong-wook, …

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La marque se veut genderless (sans distinction des genres) et unisexe. Elle veut lier tous types de consommateurs, qu’ils soient jeunes ou plus âgés.
Elle comprend des pièces de coupe simple et intemporelle, néanmoins les motifs, couleurs ou détails permettent d’ajouter une touche d’originalité pour les distinguer de la masse des vêtements minimalistes.

Voilà un exemple concret avec sa dernière collection automne/hiver 2017 “I AM A DREAMER” lors de la Seoul Fashion Week, qui puise son inspiration dans les rêves de la jeunesse.

Quand on est jeune, on a tendance à croire que tout est à portée de main. On veut tout, et très vite, on peut foncer tête baissée. De là est venu l’idée de l’autoroute vers l’avenir, le succès. Des vestes en cuir inspirées de celles des motards portées avec des pantalons droits à motifs, des pantalons “sportswear” ornés d’un biais sur le côté mixés à de longs manteaux en laine.

 

Un autre label, dérivé directement du principal, appelé “2nd SWBD” et crée par Ha Dong-ho, vise un public plus jeune. Des pièces faciles à porter de jour comme de nuit, avec des matériaux doux et chauds tels que la laine, mais aussi de la toile brute, les formes sont lâches, confortables, protectives.