Fashion Week de Séoul : Les défilés

Aujourd’hui, nous allons continuer la seconde partie sur cette Fashion Week de Séoul 2017 ! On vous parle maintenant des différents shows (pas tous, sinon on y est encore le mois prochain) qui nous ont marqués (et qui ont aussi marqués certains médias de mode !)

Le premier jour, on a pu voir les pièces de Kim Ji-woong, designer d’ « Anti Matter » : Une piqûre de rappel aux années 80 avec des imprimés à carreaux, couleurs néons et graphismes typiques post-internet, mélangée au streetwear de nos jours.

 

Le lendemain (mardi),  “on show” (donc défilé à Dongdaemun Design Plaza !) : Han Hyunmin de « Münn », qui a l’habitude des costumes en lainage superbement taillés, a voulu expérimenter avec la soie, la rayonne et des drapés pour cette collection.


« Pushbutton », la marque de Park Seunggun a fait défiler des silhouettes féminines aux couleurs des années 80 (vous l’aurez compris, cette Fashion Week, ce sont les 80’s à l’honneur).

 

“Off show”, nous retrouvons la collection très attendue du label « R.Shémiste » du duo Jiyeun Won et Jooho Lee. R.Shémiste s’est démarqué cette année grâce à son originalité. Des pièces sportswear tout droit sorties des années 90 mixés à des éléments de coutures.  Chaque année, les créateurs utilisent un symbole récurrent dans les différentes pièces sensés symboliser un message. La saison dernière, c’était une épingle de sûreté (=protection). Pour cette collection, c’est le mousqueton que l’on retrouve partout (= sûreté et connexion). Du classique mixé à de l’excentrique.

 

Défilant aussi « off show », notre petite favorite : Minju Kim  (On vous préparera un article spécialement dédiée à elle) ! Elle a réinterprété cette année la poésie de Baudelaire , et en a créé sa collection “Feral Princess”, faites de “gravures” graphiques et broderies.


Mercredi, « Blindness », une marque crée par le couple Shin Kyu Yong and Ji Sun, faisait défiler une fusion entre des robes de cours de la Renaissance et le glam rock des années 70. Cette collection SS18, appelée « Young and Beautiful » (littéralement : Jeune et Beau), était très attendue dans le monde de la mode; le couple de designer ayant été les semi-finalistes du LVMH 2017 Fashion Awards. Contrairement à la vague des années 80’s frappant les stylistes sud-coréens, « Blindness » fut un vent de fraîcheur romantique, ayant même « ‘l’audace » d’utiliser des tons sombres pour une collection printemps/été.


Le jour suivant, Jinwoo Choi and Yeonjoo Koo et leur label « Jkoo », connu pour la réinvention du sportswear avec des détails romantiques : Ils ont cette fois utilisé une palette de couleurs limitée au noir, blanc, gris clair et rose. Cela permet par cette limitation de tons d’expérimenter une plus grande variété de textures et silhouettes.

 

A la tête de « Charm’s », Yohan Kang, qui a divisé son défilé en deux parties : Une première partie avec une tendance assez présente en Corée : “le déséquilibre”. Les pièces présentées sont en fait deux parties de types de vêtements différents (exemple : un demi bomber et un demi blazer cousu ensemble pour créer une seul et même vêtement). Si ce n’est pas deux vêtements différents, c’est alors un jeu de deux types de tissus/couleurs/imprimés différents. Une deuxième partie en collaboration avec Kappa, beaucoup plus sportswear (logique.)

 

Pour la fin de cette Fashion Week, on vous a sélectionné sur les huits créateurs défilant ce jour-là, nos quatre favoris.

Myoungsin Lee avec « Low Classic », qui avait pour but d’évoquer le voyageur asiatique. Il y a là beaucoup d’imprimés folkloriques traditionnels et un sentiment très nature avec des tons très doux, parfois réhaussés par des touches de couleurs plus vives.

Noah Nam , créateur de « Nohant »,  a défilé des pièces aux couleurs des scénarios de printemps et d’été avec des mélanges de tissus et une utilisation de couleur improvisée. Un besoin de mettre en avant le processus de fabrication du design, plutôt que la pièce finale finie.

 

Le designer Ji Youn Lee et sa marque « Jyarret »Sa collection “Dear Little mermaid” dont le style vise assez bien le business des idoles avec ses imprimés, et apparemment, cela marche assez bien vue le nombre de célébrités portant ses créations pour assister à cette Fashion Week !

 

Et pour finir, “Beyond Closet”, la marque de Taeyong Ko, a sorti sa collection SS18 “Bonjour stranger”. Il a voulu exprimer la jeunesse face à de nouvelles expériences, la curiosité qui s’en dégage, ce qui a donné un mélange de silhouette testant une palette de couleur très large ! Avec sa touche personnelle : Les imprimés décalés. C’est avec cette collection que se sont terminés les défilés au Dongdaemun Design Plaza !

 

C’est ainsi que se termine cette rétrospective des défilés sélectionnés pour vous !

On vous retrouve pour la troisième partie de cette Fashion Week 2017 dans quelques jours. On y abordera notamment les tendances qui sont ressorties durant cette semaine de défilés et streetstyle intensive ! Stay tuned !

Identité visuelle et flagship : Une approche à la coréenne

Contrairement à chez nous, les Coréens ne lésinent pas sur les moyens quand il s’agit de marketing visuel. Et cela va du packaging jusqu’au magasin en lui-même. Alors oui “chez nous”, cela se fait aussi : Yve Rocher avec ses tons claires et ses touches de vert pour le côté “naturel”,  Lush qui joue sur le côté “artisanal” avec ses étagères en bois brut, ou encore  Sephora, qui opte pour une combinaison de noir et de blanc rappelant les codes du luxes. Mais les enseignes coréennes comme Etude House, Innisfree, Stylenanda, Chuu (entre autres) ont mis la barre très haut : On reconnaît l’identité d’une marque dès que l’on est devant la façade des magasins.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’exemple le plus parlant serait les magasins physiques d’Etude House. Ils ont tous une façade similaire : Bâtiment blanc aux allures de maison de poupées, faux toit tuilé rose. Le décor à l’intérieur est aussi dans cette thématique du mignon rose. Tout est fait pour sentir que l’on est rentré dans un monde rappelant celui des magical girls, les packaging sont extrêmement mignon et le rose est omniprésent.

Etude House

Innisfree se la joue plus “nature” comme Yves Rocher. Beaucoup de bois clair, meubles blancs, lumière tamisée et quelques touches de vert surtout présentes sur les produits et parfois sur un pan de mur recouvert de fausses végétations.

Innisfree
Les packaging de Innisfree, bien qu’ils soient sobres, donnent l’impression d’être plus « travaillés » que ce que l’on peut retrouver chez par exemple Yves Rocher. Leurs produits ont une certaine unité, et sont mis en scène avec un arrière plan esthétique et « zen ». Si il y a des motifs ou images qui doivent s’illustrer, ils sont toujours minimalistes, dans un même camaïeu de couleurs et donnent une impression de qualité, là où Yves Rocher a parfois l’image de packaging “cheap”, alors que tous deux ont la même gamme de prix.

Innisfree
Produits Innisfree
Yves rocher
Produits Yves Rocher

Nous arrivons à un tout autre niveau avec les magasins “flagship”.


Mais tout d’abord, qu’est-ce qu’un magasin “flagship” ?

C’est un magasin dit “principal” de la marque, où celle-ci transparaît le mieux au travers de concepts bien rôdés.

Pour exemple, le magasin flagship de Stylenanda et 3CE à Myeongdong, où l’on peut retrouver leur magasin sous forme d’un hôtel. Chaque étage est dédié à un service ou une pièce que l’on peut retrouver dans ce genre d’établissement et est décoré comme tel avec parfois une catégorie de vêtement spécifique correspondant à l’étage.

LOBBY flagship
Le premier étage fait référence au hall d’accueil et dispose en son centre et à l’arrière de produits de beautés 3CE (La marque maquillage de Stylenanda). Vous pouvez même acheter de fausses clés de chambres d’hôtel. Ici pas de vêtements, juste un avant-goût des cosmétiques.

SPA flagship
Le deuxième étage dispose d’un balcon donnant sur le rez-de-chaussée. Il est modelé à l’image d’un “Spa” (enfin, c’est ce qui est écrit sur le plan des étages) avec sa baignoire au fond de la salle, et des lavabos en marbre blancs avec leurs miroirs dorés au centre rappelant une salle de maquillage de luxe.  Cette pièce contient des produits de beauté 3CE en plus larges quantités que l’étage précédent.

Rooms flagship
Le troisième étage étant les chambres, vous retrouverez des habits sur cintres le long des murs. Des chaussures sont disposés sur une étagère au fond de la salle, juste à côté d’un fauteuil vert émeraude où vous pouvez vous asseoir pour les essayer.

Laundry flagship
Le quatrième est la blanchisserie. Ici, des tambours de machine à laver sont remplis d’habits et tournent. Les chapeaux et accessoires sont abondants dans cette section.

POOL FLAGSHIP copie
Le dernier étage est à l’image d’un penthouse de luxe. Des chaises et tables sont disposées dans le décor d’une piscine. Ici la catégorie de vêtement exposés sont des maillots de bains principalement, avec les accessoires qui vont avec : Chapeaux, lunettes de soleils, sandales. Au fond vous pourrez déguster certaines spécialités tendances du moment (le truc pour vous la péter sur Instagram). 
Le toit dispose d’une large terrasse. Entourée de plantes vertes, celle-ci est remplie de grands coussins/poufs pour pouvoir s’allonger et se relaxer d’avoir traversé les 5 étages de cet hôtel/magasin.

Ce flagship est un exemple parfait qui illustre l’approche culturelle coréenne pour ce genre de consommation, face à la Belgique/France.
Les consommateurs coréens portent souvent beaucoup plus attention à l’établissement qui contiendra leurs produits. Des cadres à thématiques divers, temporaires (comme c’est le cas avec le Flagship Pink Hotel de Myeongdong) sont utilisées à la promotion de leur produits, ou permanent, comme la façade des Etude House.

Il faut aussi noter que chez nous, nous misons beaucoup sur le minimalisme qui est très en vogue. Et quand on vous dit minimalisme, on parle de cela littéralement; du blanc, du noir, un peu de métallique, des meubles carrés et propres.
En Corée du Sud, il y a beaucoup plus de genres qui sont simultanément à la mode, sans forcément tomber dans le mauvais goût. Le minimalisme à la scandinave peut rencontrer le mignon/rose, et côtoyer tout aussi un autre genre plus urbain/street : des styles que l’on ne trouve que très rarement en Belgique et en France pour l’identité visuelle d’un magasin; peut-être une ou deux boutiques indépendantes, mais pas à une aussi grande échelle qu’en Corée du Sud. Et c’est bien dommage, car cela est toujours sympa d’avoir un énorme faux hôtel rose en pleine Rue Neuve à Bruxelles …

Ecrit par : Lena

ADER ERROR: Aesthetic urbain et Flagship à Hongdae

Durant notre voyage en Corée, Lena et moi avons pu découvrir (ou redécouvrir) plusieurs marques premium qui font parties de nos préférées et sont aussi très représentatives de l’évolution stylistique au pays du matin calme. Aujourd’hui, je vous parle d’ADER Error et de son Flagship store dans le quartier artistique qu’on ne vous présentera plus; Hongdae. 

639653_wookmark

La marque ADER Error a été créée en 2014 par un collectif d’artistes dont l’identité est toujours inconnue à ce jour. Cette équipe se compose de créatifs d’univers différents : stylistes, décorateurs d’intérieurs, graphistes… Leur but est d’exprimer leurs univers au travers de divers supports et notamment le vêtement.

C’est grâce à ces campagnes visuelles sur les réseaux sociaux que la marque a su se faire connaître au-delà des frontières coréennes. C’est justement de cette manière que j’ai découvert leurs travaux.

Le nom de la marque associe deux idéologies: “ADER” qui se compose du mot “art” + “drawing” + “er” et “Error” signifiant que personne n’est parfait. Les designers ont pour volonté de créer une marque basique urbaine, donc l’aspect “cool” est durable dans le temps. Leur dernière collection “SIGNIFIANT TAG 1.0” est d’ailleurs dans cet esprit basique sans saison associée.

Depuis sa création, la marque produit au minimum 2 fois par an des collections de streetwear qu’elle qualifie d’unisexe, dont l’idée est de simplifier au maximum le style urbain et de revisiter les codes classiques de la mode des années 90 et 80.

ADERERROR_3

Comme dit plus haut, un autre aspect important d’ADER Error est son positionnement “content-driven”* (*littéralement, orienté contenu). Grâce à ses comptes Instagram, la marque s’est créée une communauté de plus de 450k followers coréens et internationaux. Leurs visuels mettent généralement en avant des mannequins de sexe féminin au look androgyne portant leurs collections.

tumblr_osxlafYVv01tbcqj3o1_500
Costume 2 pièces pour le rappeur Zico  dans le clip de Millic- Paradise ft Faxy Child

Ajoutez à tout cela une bonne touche d’humour et de dérision et vous obtenez une formule fulgurante qui fait d’ADER Error une marque importante sur la scène mode coréenne.

Pour leur nouvel espace à Hongdae, la marque nous fait découvrir son univers à travers plusieurs ambiances: un showroom, une galerie, des installations ainsi que la boutique qui reflètent tous l’univers d’ADER Error.

c50122f8fd898464bca9aa9cf62c9cfd
Un des espaces du Flagship Store à Hongdae

Le Flagship Store d’ADER Error à Hongdae a été inauguré en hiver 2016 et ses installations sont sans cesse renouvelées.

C’est un peu par hasard que nous sommes tombées dessus. C’était en pleine nuit donc difficile de voir quoi que ce soit, mais on a quand même voulu partager avec vous cet endroit.

fe811b73409ee065010714b681835c4d
Hongdae de nuit et la boutique Ader Error qui scintille. On aurait pu difficilement passer à côté

Dans cette vidéo, vous pourrez voir tout les espaces du Flagship ainsi que la gamme de produits vendus. Le sous-sol comprend la collection lifestyle (à ce jour: Day after Day), le rez-de-chaussée est réservé pour les collaborations artistiques du monde entier. Au premier étage, on y trouve trois types de cabines d’essayages à thèmes : « Toilette », « Hôtel » et « Upside down ». Au même étage se trouve les nouvelles collections et la collection permanente, signature de l’identité de la marque.

Qu’avez-vous pensez de cet article ? N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions. Ca nous permet aussi de savoir quel genre de contenu vous intéresse le plus afin de partager avec vous du contenu plus adapté.

A bientôt !

Ecrit par : Hanie
Crédit photo :

https://www.instagram.com/ader_error/
adererror.com